Assurance vie : un placement souple & rentable

Malgré les nombreuses réformes qu’a subies l’assurance vie, elle reste le placement financier favori des Français. Cette formule pourvoit un cadre fiscal avantageux. Elle est à la fois un produit d’épargne et une assurance. La rentabilité de cette solution est très intéressante comme vous pouvez le constater sur MAAF. Se déclinant en plusieurs types, l’assurance vie permet un placement sur un ou plusieurs supports. Elle se plie aux besoins du souscripteur, appétence, âge, risque, etc…

Comment choisir les bénéficiaires ?

Tout dépend de la situation personnelle de l’assuré. Certains contrats mentionnent une clause standard. Celle-ci classe par défaut le conjoint comme bénéficiaire, à défaut les enfants, à défaut les héritiers. Il est pourtant possible d’adapter la clause à la situation du souscripteur. Le partenaire de Pacs peut devenir bénéficiaire à défaut de conjoint. Selon sa volonté, l’assuré peut, entre autres, choisir d’autres personnes (concubin, cousins, etc…).

Combien de bénéficiaires pour une assurance vie ?

La désignation des bénéficiaires doit se faire avec minutie. En cas de besoin, le souscripteur peut solliciter l’avis d’un notaire. Pour se prémunir de toute impasse (décès, par exemple), il est recommandé de désigner plusieurs bénéficiaires. Notez que ces derniers peuvent être des personnes physiques ou morales.

Les obligations de chaque partie

La compagnie d’assurance et l’assuré doivent se soumettre à certaines obligations dans le cadre d’une assurance vie. Chacune des parties est contrainte de respecter les clauses du contrat.

Quelles obligations à la charge de l’assureur ?

Au moment de la conclusion du contrat d’assurance vie, la compagnie d’assurance doit informer l’assuré sur les détails de l’accord (libellé, risques, fiscalité, etc…).

Le contrat doit être rédigé clairement, en bonne et due forme. Il doit comprendre les différentes mentions obligatoires. En cours de contrat, l’assureur est tenu d’établir une proposition d’assurance qui inclut les valeurs de rachat. Le contrat doit mentionner le mode de calcul du rachat et les frais prélevés.

Ne pas confondre assurance vie & assurance décès !

L’assurance vie permet de constituer une épargne destinée à financer la préparation de retraite, tandis que l’assurance décès est dédié à compenser les séquelles d’un décès prématuré. Même si les deux formules sont différentes l’une de l’autre, elles permettent toutes de sécuriser matériellement la famille ou les proches du souscripteur. L’assurance décès est plutôt considérée comme une mesure de prévoyance. L’assurance vie est une constitution d’épargne.

La souscription d'un contrat d'assurance vie

Lors de la souscription à un contrat d’assurance vie, le souscripteur peut choisir entre un contrat en cas de vie, un contrat en cas de décès ou une combinaison des deux à la fois. Il peut se faire conseiller par l’assureur.

Les points à considérer

Durée du contrat

Le souscripteur est libre de choisir la durée de placement. Au-delà de deux ans, les rentes deviennent intéressantes.

Frais du contrat

Les frais de gestion varient d’une compagnie d’assurance à une autre. Le souscripteur a tout intérêt à comparer avant de s’engager.

Gestion du contrat

La gestion du contrat d’assurance peut être assurée par le souscripteur lui-même ou être confiée à un mandataire.