Décote de retraite complémentaire : comment l’éviter ?

retraite complémentaire

La décote de retraite est en application depuis 2019. Le taux de pension diminue lorsque le coefficient de minoration est appliqué. En fait, un malus de 10 % sera pratiqué sur le montant de la retraite Agirc-Arrco durant trois ans. Mais comment éviter la décote de retraite complémentaire ?

Quel est l’impact de la décote sur votre retraite complémentaire ?

La décote de retraite est appliquée lorsque vous ne remplissez pas certaines conditions lors de votre départ à la retraite. S’il s’agit de la durée d’assurance ou de votre âge, la minoration est pratiquée définitivement. Et en s’appuyant sur la retraite de base, elle impacte également sur le montant de votre retraite complémentaire. Cependant, le but ultime de la décote est de résoudre les problèmes financiers liés au régime de retraite complémentaire. La décote concerne aussi les carrières longues. Les personnes qui ont commencé à travailler avant 20 ans ne s’échappent pas à la décote de 10 % appliquée sur leur retraite complémentaire Agirc-Arrco. Pourtant, elles peuvent percevoir une pension de retraite avec un taux maximum même si elles prennent leur retraite avant l’âge légal requis. Notez que le régime de décote temporaire ne s’applique pas à un certain nombre d’assurés. On peut citer notamment les personnes inaptes au travail et les chômeurs bénéficiaires de l’ASS (Allocation de solidarité spécifique) en fin de droits à la veille de leur retraite. Il en est de même pour les personnes présentant une incapacité permanente partielle de 20 % ou plus à la suite d’une maladie professionnelle ou d’un accident de travail. Les aidants familiaux, les personnes qui ont reçu une AAH, les retraités qui élèvent un enfant handicapé, etc. ne sont pas aussi soumis à la décote. Sachez que le malus Agirc-Arrco ne touche pas l’assuré si les trimestres sont inachevés. Le pensionnaire ne peut pas donc cumuler décote et malus. Rendez-vous directement sur www.agipi.com afin d’obtenir plus d’informations sur la décote et surcote de retraite complémentaire.

Combien éviter la décote de retraite complémentaire ?

Pour éviter la décote de retraite, vous devez encore travailler durant un an après la date de l’accomplissement de la retraite à taux plein. En revanche, le régime Agirc-Arrco a mis en place la surcote de retraite complémentaire (système de bonus) pour vous encourager à exercer encore votre activité professionnelle plus longtemps. À noter que si vous décalez d’au moins deux ans votre départ en retraite, vous pouvez ainsi profiter d’une majoration de 10 % de votre pension pendant une année. La majoration est de 20 % si le décalage dure trois ans au minimum et 30 % s’il est supérieur à quatre ans.

Comment calculer la décote de retraite complémentaire ?

Le calcul de la décote de retraite complémentaire est basé sur l’âge et sur le nombre de trimestres que vous avez manqué lors de la liquidation de votre retraite. Le nombre de trimestres retenu dépend totalement de votre situation, soit vous respectez les conditions d’âge à taux plein ou bénéficiez d’une retraite à taux plein. Sachez que le régime de retraite complémentaire Agirc-Arrco apporte la solution la plus adéquate pour les retraités. Pour rappel, le montant de la retraite complémentaire est égal au nombre de points multiplié par la valeur du point actuel et le taux de pension. Notez bien que le nombre de trimestres absents doit être inférieur à 20. Le coefficient de minoration est déterminé en fonction de votre année de naissance et aussi suivant le nombre de trimestres que vous avez manqué. Ainsi, l’Agirc-Arrco retient pour son calcul le coefficient 0,89 qui est le plus favorable pour les 11 trimestres manquants. Cela s’applique notamment aux personnes nées en 1954 et qui ont 154 trimestres d’assurance au total et qui sont âgées de 61 ans et 7 mois. Le taux de pension est égal à 89 %, mais pas 100 %.

Comment bénéficier d’une surcote de retraite ?

La surcote de retraite permet d’augmenter le montant de votre retraite. Vous pouvez obtenir ce bonus si vous travaillez encore et cotisez après l’âge légal de votre départ à la retraite. Vous bénéficiez également de cette surcote si la durée d’assurance nécessaire est supérieure à celui fixé pour obtenir une pension à taux plein. De plus, ce bonus s’applique à la fois à la retraite de base et à la retraite complémentaire, car vous poursuivez vos cotisations dans ce régime complémentaire. D’ailleurs, vous continuez à gagner des points. Cela vous permet d’augmenter la somme de votre future retraite. Pour profiter de la surcote, tenez compte de quelques conditions. Vous devez en particulier avoir l’âge de 62 ans au minimum et continuer à travailler. Il est aussi indispensable que vous avez déjà cotisé le nombre de trimestres exigés pour gagner une pension à taux plein. Notez que la surcote est forcément prise en compte pendant le calcul de votre pension. Quel que soit le rang du trimestre ou l’âge de l’assuré, aujourd’hui, la majoration est égale à 5 % par an soit 1,25 % par trimestre.

Faire un leg à une association
La simulation de PER : Comment s’y prendre pour gagner de l’argent ?